Les entreprises font face à un dilemme. Si elles n’innovent pas, elles mourront. Et si elles innovent – et leurs innovations ne réussissent pas – elles peuvent également mourir. La clé est de gérer l’innovation mieux que le font vos concurrents et d’innover en profondeur en réinventant votre structure organisationnelle.

Une innovation incrémentale ou de rupture ?

Nous entendons beaucoup parler d’innovation incrémentale et de rupture. Une entreprise doit idéalement réaliser à la fois des innovations de cette nature. L’innovation incrémentale, puisant sa source dans l’amélioration continue, est essentielle, mais l’innovation de rupture est encore meilleure. Une innovation de rupture peut générer un avantage concurrentiel durable plus grand, toutefois le coût et le risque seront beaucoup plus élevés.

Le processus de développement conventionnel de nouveaux produits fonctionne bien pour des innovations incrémentales, mais pas pour des innovations de rupture.

L’innovation n’est pourtant pas limitée à de nouveaux produits ou services. Elle comprend l’émergence de nouveaux modèles d’affaires et de nouvelles dynamiques organisationnelles d’entreprises.

Nestlé vend du café dans les épiceries, mais c’est Starbucks qui a développé une nouvelle façon de vendre du café au détail. Les entreprises suivantes ont été des innovations organisationnelles majeures ; Disney, McDonald’s, IKEA et Dell.

L’holacratie, un modèle innovant d’organisation d’entreprise

Un nouveau concept de structure organisationnelle est actuellement utilisé par certaines entreprises. Une structure organisationnelle holacratique fondée sur la mise en œuvre formalisée de l’intelligence collective. Suivant ce concept, les organisations devraient implanter un système de gouvernance qui redistribue l’autorité et les prises de décisions via des équipes auto-organisées pour entreprendre ou créer un travail spécifique plutôt que du travail assigné à une hiérarchie de gestion traditionnelle dans laquelle les décisions émanent des cadres. Les employés n’ont pas de titres d’emploi, mais peuvent avoir plusieurs rôles avec des responsabilités et des attentes clairement définies. Ils sont aussi susceptibles de travailler dans plusieurs équipes différentes.  Les groupes de travail coopèrent et se gèrent d’une façon autonome.

Zappos  est un exemple d’entreprise souvent cité pour avoir adopté cette structure organisationnelle.  Selon ses dirigeants, l’absence d’une structure de leadership est sans importance car les leaders émergent naturellement à travers chacun des projets.

Comment pourriez-vous innover davantage?

Chaque entreprise comporte un éventail d’idées potentielles, sauf qu’elle ne les stimule pas par l’implantation d’un système ou manque d’un filet pour les recueillir.

Zappos a commencé petit, en expérimentant de nouveaux processus de changement et d’apprentissage. Maintenant, l’innovation de sa structure a pour objectif de produire une culture véritablement innovante, où les employés sont pleinement engagés et pensent différemment à tous les stades de leur cheminement de carrière. La gestion de l’innovation est imprégnée dans l’entreprise et ne se trouve pas dans un seul département, celui de la recherche et du développement.

Pour innover davantage, vous pourriez nommer un gestionnaire d’idées de haut niveau à qui les vendeurs, les distributeurs, les fournisseurs et les employés pourraient transmettre leurs idées? Le gestionnaire d’idées formerait un comité pour trouver les meilleures idées à être développées dans l’entreprise et récompenser ceux qui les ont proposées

À noter que les entreprises qui s’attendent à de légères améliorations peuvent généralement les obtenir. Toutefois, l’idée consiste à demander une amélioration significativement importante. Plutôt que demander une réduction de 10% des coûts, demander une réduction de 50%. Plutôt que demander une amélioration de 10% de la productivité, demandez une amélioration beaucoup plus importante. Ceci a pour effet de forcer tous les individus à réexaminer les opérations et à concevoir un meilleur fonctionnement, de modifier les opérations actuelles pour obtenir un résultat  percutant 

Avez-vous regardé l’index de vos innovations, la proportion de vos ventes qui proviennent d’innovations mises en place depuis les deux dernières années? Est-ce que cet index est d’au moins 20 %, le minimum requis pour une entreprise traditionnelle? N’hésitez pas à partager votre expérience ou vos commentaires sur cet article.

Contribuons à soutenir notre croissance, d’être au service de la réussite des PME pour un monde meilleur!